Après l’oxygène et le silicium, l’aluminium est le troisième élément le plus courant dans la croûte terrestre ce qui fait de lui le métal terrestre le plus répandu. 

L’aluminium est un composant naturel souvent présent dans les eaux de surface et souterraines et il se retrouve indubitablement dans l’eau potable, les aliments et particulièrement dans nos fruits et légumes. 

En raison de son caractère de base, l’Aluminium se présente généralement sous forme liée à d’autres molécules. D’autre part, du fait de sa faible solubilité, la quantité présente dans l’eau est très faibles avec moins de 0,05 mg / L. D’une certaine façon, l’importance de ce rapport est d’autant plus à dénigrer du fait que le niveau de concentration contenu dans nos végétaux est nettement plus élevé (il se situe à partir de 10 à 50 mg / kg. Jusqu’à 30 000 mg / kg, concentration que l’on retrouve dans les feuilles de thé par exemple). Mais, nous le verrons, il s’agit d’un point de vue d’industriels et de lobbys de l’agro-chimie. 

Les autres apports classiques en aluminium proviennent des biens de consommation courants tous tout aussi industrialisés tels qu’ustensiles de cuisine, les canettes, les feuilles ou les tubes, à partir desquels le métal léger migre assez facilement vers nos emballages et aliments acides, acidifiés ou en cours d’oxydation. 

L’aluminium est aussi fréquemment utilisé pour neutraliser l’acide gastrique, il entre donc dans la composition des médicaments et compléments alimentaires considérés comme soi-disant antiacides et est aussi très présents dans les produits cosmétiques (par exemple dans les rouleaux déodorants et sprays déodorants et ce, aussi à cause de son effet anti-transpirant et de son pouvoir de conservateur).

Les sels d’aluminium sont utilisés dans certains ouvrages hydrauliques pour le traitement de l’eau potable afin d’éliminer les substances troubles. Durant le processus de floculation, les floculats utilisés favorisent la formation de gros flocons durcis (qui seront, par la suite, pour une bonne part épandus comme engrais pour les champs). Les substances en suspension (huiles et graisses) et les particules colloïdales (inférieures à 1 μm) sont transférées dans des agrégats séparables, qui sont ensuite séparés par sédimentation, transformés par des bactéries spécifiques ou encore simplement filtrés. En plus des substances troubles, ces processus éliminent également le floculant lui-même de l’eau. Se faisant, l’aluminium est adjoint et participe au processus de décantation. Il est donc couramment utilisé par nos usines de traitements des eaux usées et celles de production d’eau « potable ».

C’est sous ses diverses liaisons moins « naturelles » et donc moins bien géré par notre propre fonctionnement organique interne, que l’aluminium risque de poser problème. Et c’est certainement pour cette raison qu’il est tant décrié et suspecté de favoriser certaines maladies (Elsheimer, déficience ou retard mental, dégénérescence, cancer, etc.) et c’est aussi pour cette raison qu’il est indispensable de se prémunir des liaisons les moins naturelles (non organiques) donc de toutes celles qui favorisent l’intégration d’aluminium industriel dans nos eaux.

Les cartouches filtrantes telles que la NFP Premium (finesse du filtre 0,45 μm), sont en mesure d’éliminer en toute sécurité tous les résidus de flocage restants, ainsi que l’aluminium lié dans l’eau potable, car la taille des particules dépasse largement celles de la finesse du filtre.

Les tests effectués en laboratoires ont clairement démontré que les composés d’aluminium sont éliminés en toute sécurité même à des concentrations élevées car aucun aluminium sous aucune forme n’a pu être détecté après filtration même si à plus ou moins long terme elles entraînent un colmatage rapide de la cartouche, ceci, soit dit en passant, souligne les performances du filtre Carbonit à cet égard autant que toutes les autres performances qui participent déjà à sa réputation.

Les cartouches NFP Premium 0,45µm Carbonit ont aussi été testées pour la filtration du plomb , de la rouille et du cuivre et bien d’autres substances toxiques. Les résultats sont éloquents et au moins équivalent à ceux des meilleurs osmoseurs domestiques 

Malgré que cette cartouche soit réputée complète, démocratique et très polyvalente, lorsque vous rencontrez des problèmes graves et principalement occasionnés par les métaux lourds, choisissez dès lors la cartouche spéciale métaux lourds IFP KDF de chez Carbonit